Info & Secteurs > Innovation > En librairie

PHARMACIE - SCIENCES ET TECHNOLOGIES - RECHERCHE - 

 

« Notre usine est un roman »
[14/05/08]

Comme l'indique le titre, il s'agit d'un roman. Mais on cherchera en vain le traditionnel avertissement « Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé serait fortuite. » Et pour cause. La matière du livre n'est que trop réelle : la vie et la mort du site pharmaceutique de Romainville, des années 1960 à nos jours, racontée à travers les récits enchevêtrés d'une poignée de personnages qui, s'ils n'existent pas en tant que tels, sont un habile mélange de salariés bien réels et de leurs histoires au fil de ces quarante années d'existence.

On aurait pu craindre un livre lénifiant comme un mauvais Zola, un hommage bien-pensant à la classe ouvrière. Il n'en est rien. Parce que c'est un vrai roman, très vite on s'attache aux personnages, on a envie de savoir ce qui va leur arriver. Loin des stéréotypes, ils ont une vraie épaisseur humaine. Mais ce n'est pas la seule qualité de cet ouvrage. Il raconte aussi magistralement l'évolution d'une industrie, la pharmacie, à travers son fleuron français, Roussel Uclaf, devenu HMR, puis Aventis.

Enfin, c'est également l'évolution de la recherche pharmaceutique, de la chimie vers la biologie, dans sa quête de médicaments innovants, l'arrivée d'équipements scientifiques qui révolutionnent les pratiques comme le microscope électronique, le travail sur les animaux de laboratoire, le développement d'une chimiothèque... Pour finalement en arriver à la liquidation du site : les laboratoires qui se vident, la casse du matériel (parce que ça coûte moins cher que de le donner), la destruction de la chimiothèque (fruit d'années de travail de chercheurs et mémoire chimique du groupe). Au total, un gâchis scientifique, industriel, et humain - de la destruction de valeur, comme disent les consultants - qui ne peut manquer d'émouvoir le lecteur.

C.D.

 

SYLVAIN ROSSIGNOL. LA DÉCOUVERTE.